Slide background

La

Mission Locale

du bassin d'emploi de Rennes

Devenir partenaire de la Mission locale

L’une des principales forces de la Mission locale est de s’appuyer sur un maillage partenarial dense : il peut s’agir de partenaires financiers, de professionnels de l’insertion, d’acteurs du monde économique, mais également de bénévoles, actifs ou retraités, qui s’engagent à nos côtés, en donnant de leur temps, afin de faire avec et pour les jeunes que nous accompagnons.

Ils racontent leur expérience…

Renee-pierrot

Retraitée, DRH dans la grande distribution

J’ai connu la Mission locale par mon activité professionnelle, j’ai accueilli des jeunes en stages et en Emplois d’Avenir. Le conseiller m’a demandé un jour : « Madame Pierrot, avez-vous entendu parler du parrainage à la Mission locale ? Je vous en parle car je pense que vous avez le profil… ».

Ça fait 2 ans que je suis marraine et j’ai accompagné une vingtaine de jeunes !

Je ne voulais pas d’une association qui me bride ! C’est un engagement avec une relative liberté. On a l’impression de faire partie de l’entité Mission locale, tout en étant totalement autonome et indépendant dans le travail d’accompagnement que l’on mène : je fixe les rendez-vous avec les jeunes, je définis les règles de l’accompagnement. Je veille à créer une relation de confiance. Être disponible, être simple. Je m’adapte aux personnes.

Un engagement avec une relative liberté

Le parrainage c’est complémentaire de la Mission locale… Je fais de l’appui pour des jeunes qui sont prêts à l’emploi. Je lève des barrières : on parle des codes de l’entreprise, de leurs représentations du monde du travail, de leur peur de l’entretien de recrutement… J’apporte mon savoir, je les aiguille, je les conseille avec mon langage, celui d’une DRH. Parfois il leur manque juste çà, ce petit coup de pouce, le conseil qui va leur permettre de décrocher un emploi.

Le parrainage c’est l’envie de transmettre. Je ne me sens pas décalée. Je me sens utile, je transmets. Je rencontre des gens nouveaux, avec des profils différents.

Président du Conseil d’administration de Grand Quartier
Parrain de promotion de jeunes dans le cadre de la Garantie Jeunes

C’est une question de rencontre. J’avais déjà bossé avec un conseiller de Cleunay, j’accueillais déjà des stagiaires avant la Garantie Jeunes. Le feeling ! Le courant est bien passé. On avait le même discours, on était sur la même longueur d’ondes. J’attache de l’importance au facteur humain.

Je pense que la Garantie Jeunes est un bon dispositif : on a des jeunes qui veulent remonter à cheval, mais n’ont pas d’étriers.

Mon rôle est de me rendre disponible, de mobiliser mon entourage et mes contacts au profit des jeunes. Dès le départ, j’ai impliqué la direction de Grand Quartier, les entreprises ont vite adhéré.

C’est un travail en collaboration étroite avec les conseillers. On s’appelle pour savoir comment ça se passe, ils me sollicitent pour décrocher des stages ou des postes, mon rôle c’est de mettre de l’huile dans les rouages.

J’ai impliqué d’autres entrepreneurs pour proposer des temps de simulation d’entretien : on décortique le CV. Pour les jeunes, c’est un véritable entrainement, c’est du coaching ! On leur dit d’y aller ! On corrige certains défauts, on fait ressortir les points positifs, on travaille sur le choix des mots…

On s’inscrit dans une démarche citoyenne

Franchement, à la fin de la première promo, j’avais la satisfaction personnelle d’avoir donné.

C’est une belle expérience, autant pour nous que pour eux ! C’est une expérience qui donne du sens à notre métier de chef d’entreprise. On s’inscrit dans une démarche citoyenne. On côtoie des jeunes, on apprend à les connaitre, comprendre les difficultés qu’ils rencontrent.

Christophe-huet
interview-madame-moureaud

Accompagnatrice Conduite Supervisée

Le principe de la Conduite supervisée est simple : nous sommes 37 bénévoles d’Agir ABCD, tous retraités, et nous utilisons deux voitures, mises à disposition par la Mission locale. Je suis retraitée du milieu de la santé, je voulais faire autre chose. Et surtout… j’aime bien conduire !

Devenir accompagnateur Conduite Supervisée, ça veut dire s’engager, donner de la disponibilité… On fait pour et avec les jeunes!

Pendant deux heures, on supervise la conduite bien sûr, mais on a le temps de discuter. Parfois ils évoquent leurs difficultés. On n’est pas moniteur d’auto-école, on n’est par leur parent, ni leur conseiller, on est leur parrain, on est confiné dans la voiture, cela crée du lien de confiance. On les accompagne jusqu’au permis, si la personne échoue, on continue, on ne la laisse pas tomber. On met le temps qu’il faut.

La première personne que j’ai accompagnée avait échoué plusieurs fois à l’examen du permis. Le stress de l’épreuve du permis ! Elle était très timide. En neuf mois d’accompagnement, elle s’est ouverte, elle a pris confiance. Elle a eu son permis du premier coup. J’ai appris récemment qu’elle était titularisée à son poste. C’est une réussite pour elle, pour moi. Ca marque !

Ils ont des parcours différents : diplômés ou pas, certains ne savent pas ce qu’ils veulent faire, d’autres sont en emploi, ou ont besoin du permis pour travailler. Si je peux les aider, donner des contacts…

Je constate qu’on ne vit pas la même époque. J’ai vraiment l’impression que c’est plus difficile maintenant ! Les jeunes doivent aujourd’hui faire face à tous types de situation : il faut savoir anticiper, regarder plus loin, à gauche, à droite…comme en conduite !

contact-mission-locale-rennes

Par tél : 02 22 43 80 70 ou via le formulaire ci dessous

Tous les champs sont obligatoires